La psychologie au service de l’économie

La théorie économique veut que les humains se comportent d’une manière remarquable : avec beaucoup de jugement et de maîtrise de soi, une expertise pointue en mathématique, et beaucoup de générosité. Mais Richard Thaler ne croit pas vraiment que les gens se comportent ainsi dans la vraie vie.

Professeur d’économie et de sciences du comportement à l’Université de Chicago, Richard Thaler a passé 40 ans à étudier les biais cognitifs et les tentations des humains avant de recevoir le prix Nobel d’économie en 2017. Il a été reconnu pour avoir présenté le comportement humain sous un jour nouveau : imprévisible, sujet à l’erreur et souvent irrationnel. Cette approche est apparue comme une perspective plus réaliste.

La théorie du nudge de Thaler, dont nous avons parlé en 2017 (Un petit coup de pouce dans la bonne direction1), suggère qu’il est possible d’orienter les gens vers de meilleures décisions en présentant les choix de manière différente et plus stimulante.

Pour présenter sa vision des choses, Thaler a écrit Misbehaving2, publié en 2015. Ce récit lucide, anecdotique et souvent hilarant raconte les efforts déployés pour ramener une discipline universitaire, souvent rigide, à un niveau plus réaliste. Selon lui, peu importe que nous achetions un radio-réveil ou que nous fassions une demande de prêt hypothécaire, nous cédons tous aux faux-semblants et prenons des décisions qui diffèrent des normes de rationalité que les économistes ont établies. Autrement dit, nous nous comportons mal.

Une bande hétéroclite d’économistes

L’histoire raconte qu’une bande hétéroclite d’économistes, de sociologues et de psychologues a commencé à échanger des idées et, peu à peu, à ébranler certains des fondements mêmes de la théorie économique. D’une certaine façon, il s’agissait d’un groupe d’intellectuels marginaux, sceptiques à l’égard du statu quo, qui ne craignaient pas de remettre en question les opinions reçues.

Thaler relate un différend qu’il a eu lors d’une conférence universitaire avec l’économiste orthodoxe Robert J. Barro3, professeur d’économie à l’Université Harvard et titulaire de la chaire Paul M. Warburg. Comme le souligne Thaler : « J’ai dit que la différence entre nos modèles était qu’il supposait que les personnages de son modèle étaient aussi intelligents que lui et que je supposais qu’ils étaient aussi crétins que moi. Barro était d’accord. »

Prendre des décisions plus intelligentes dans un monde de plus en plus déconcertant

Reconnaître les erreurs de jugement des humains et leurs effets est de plus en plus considéré comme un moyen légitime d’orienter le comportement des gens dans une direction bien précise. Par exemple, au Royaume-Uni, il est courant depuis un certain temps d’inscrire automatiquement tous les travailleurs à un régime de retraite au travail. Bien entendu, ils ont le choix de se désinscrire du régime, mais cela exigerait quelques formalités administratives. Le résultat? La plupart des gens s’en tiennent à ce qui est proposé par défaut, et par conséquent, des millions de Britanniques épargnent en vue de leur retraite.

Fait plus particulier, l’aéroport Schiphol d’Amsterdam a commencé à graver des images de mouches domestiques directement au-dessus des drains des urinoirs des toilettes. Par la suite, la cible généralement irrégulière de la plupart des hommes s’est améliorée et les éclaboussures sur le sol des toilettes ont diminué de 80 %. Voici un exemple de la théorie du coup de pouce en action.

Ponctué d’histoires irrévérencieuses sur les confrontations avec les fondements de la pensée économique traditionnelle, le livre Misbehaving offre, pour ainsi dire, un regard pénétrant sur la manière dont les faiblesses humaines affectent le comportement personnel. Si vous ne l’avez pas encore lu, songez à le faire.

En outre, on y présente les pathologies personnelles sous-jacentes des gens, y compris les comportements biaisés, la vulnérabilité aux pressions sociales et l’inertie cognitive, comme des traits qui peuvent être exploités pour modifier les habitudes.

Nous pensons que la compréhension de notre propre psychologie peut être un outil puissant pour orienter les différents domaines de notre vie en fonction des résultats souhaités. Cela est valable pour tout, du prélèvement d’une cotisation préautorisée pour votre REER ou votre CELI, au fait de remplir vos armoires de cuisine d’aliments sains pour vous dissuader de manger de la malbouffe. Réfléchissez à la façon dont vous pourriez changer vos habitudes de vie pour modifier librement votre propre comportement. Nous vous encourageons à vous donner un petit coup de pouce.


1https://twmgroup.ca/a-little-nudge-in-the-right-direction/
2https://www.goodreads.com/book/show/26530355-misbehaving
3https://scholar.harvard.edu/barro/biocv

Ces articles pourraient également vous intéresser

Invest with TWM Group

Our clients and their families typically have a net worth of $2M or more. If you have an amount under the minimum, we still invite you to get in touch with us to discuss your options.

*Please note that TWM Group does not provide investment advice nor do we solicit or share personal information through public forums or platforms such as social media. Please communicate with us only through official channels like email, the client portal or your portfolio manager.

Investir avec Groupe TWM

Nos clients et leur famille on généralement un patrimoine de 2M$ et plus. Si votre patrimoine est inférieur à ce montant, nous vous invitons tout de même à nous contacter afin de discuter de vos options.

*Veuillez noter que le Groupe TWM ne fournit pas de conseils en matière d'investissement et ne sollicite ni ne partage d'informations personnelles par le biais de forums ou de plateformes publiques telles que les médias sociaux. Veuillez communiquer avec nous uniquement par les canaux officiels tels que le courrier électronique, le portail client ou votre gestionnaire de portefeuille.