Syndrome de richesse soudaine – partie 1

les risques

2017-06-22

Nous avons tous entendu l’histoire du gagnant de la loterie qui a rapidement dilapidé sa richesse, mais qui possède bien peu de choses qui en témoignent. C’est une fable moderne qui nous prévient que l’argent peut disparaître aussi rapidement qu’elle arrive.

Il ne s’agit pas d’une légende urbaine. En effet, presque toutes les familles canadiennes qui deviennent soudainement riches se retrouveront éventuellement au même point qu’elles étaient. Cette combinaison d’inexpérience et de mauvaise planification financière est si courante qu’elle porte même un nom : syndrome de richesse soudaine.

Le psychologue Stephen Goldbart du Money, Meaning & Choice Institute (Institut de l’argent, des moyens et des choix) a inventé le terme qu’il décrit comme étant les problèmes dont souffrent les personnes qui touchent soudainement d’importantes sommes d’argent.

L’Ontarien Daniel Carley est un exemple typique. En 2006, il a gagné un gros lot de 5 millions de dollars et a dépensé jusqu’à 20 000 $ par semaine, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. L’année dernière, ayant du mal à joindre les deux bouts, il fut envoyé en prison après avoir plaidé coupable à des accusations de trafic de drogues pour une bande de motards.

Même les familles qui arrivent à maintenir une certaine richesse peuvent aussi subir les ravages du syndrome de richesse soudaine, notamment un sentiment d’isolement, la culpabilité, et la peur de tout perdre

Au Québec, la famille Lavigueur, déchirée et devenue tristement célèbre après avoir gagné le gros lot à la loterie; les conflits et les tragédies qui ont suivi furent documentés dans un livre écrit par Yve Lavigueur (Les Lavigueur : leur véritable histoire) duquel fut inspirée une série télévisée de six épisodes.

Même la croissance progressive de la fortune d’une famille modeste ne peut prévenir le syndrome de richesse soudaine. La richesse est relative, et un héritage, peu importe son importance, peut se dilapider aussi facilement qu’un gain à la loterie. Un rapport de 2016 d’une grande banque estime que la moitié des Canadiens hériteront de 750 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, cela équivaut à 50 % de plus que l’argent qui a changé de mains dans les dix dernières années.

Que ce soit de la chance ou le travail d’une vie, le nombre augmente et de plus en plus de Canadiens recevront leur héritage sans être adéquatement préparés ou avec très peu d’expertise financière. Pour protéger leurs biens matériels dans l’intérêt à long terme de leurs descendants, les familles doivent planifier afin de réduire le risque du syndrome de richesse soudaine.