Les effets négatifs du multitâche

2018-05-10

C’est une expression qui apparaît souvent dans le curriculum vitae d’un chercheur d’emploi : « excelle à mener de front plusieurs tâches ». Comme beaucoup d’entre nous l’indiquent dans nos compétences professionnelles, la capacité de mener plusieurs tâches à la fois est considérée comme un atout. Et si le fait de s’attaquer à plusieurs tâches à la fois nous rendait plutôt moins efficaces et avait un effet négatif sur nos fonctions cognitives? De nouvelles recherches indiquent que c’est peut-être vrai.

Tout faire (en même temps)

Les propriétaires d’entreprise, les professionnels et les parents ne sont que quelques exemples de personnes qui s’empressent de « tout faire », et souvent, cela signifie tout faire en même temps. Le monde moderne a créé une attente voulant que les adultes soient accessibles par téléphone portable, par courriel ou par message texte à tout moment. Dans un article paru dans The Guardian, on peut lire qu’au cours des décennies précédentes, il était normal d’être inaccessible à certains moments de la journée, parfois, vous étiez absent de votre domicile ou de votre bureau et deviez répondre aux messages plus tard. Désormais, les professionnels peuvent répondre au téléphone au milieu d’une réunion pour dire à l’appelant qu’il est « en réunion », essentiellement pour demander pardon de ne pas être immédiatement disponible. C’est quelque chose qui aurait été sans précédent dans un contexte professionnel il y a des décennies. Comme le souligne l’article, la technologie et la culture de travail qui en découle « ont créé une attente implicite que vous devriez être en mesure de joindre quelqu’un au moment qui vous convient, peu importe si cela leur convient ou non. »1

Cela a conduit à une société de travailleurs qui s’attaquent à de multiples projets tout en faisant des appels, en écrivant des courriels et en gérant d’autres intrusions tout au long de la journée. On peut avoir l’impression que beaucoup de choses se font, mais en vérité, cette approche peut ralentir les gens plus qu’elle ne les accélère. Le neuroscientifique Daniel J. Levitin explique : « On a constaté que le multitâche augmente la production de cortisol, une hormone du stress, et d’adrénaline, une hormone de combat ou de fuite, qui peuvent stimuler le cerveau de façon excessive et créer un obscurcissement cérébral ou embrouiller les pensées. Cela crée une réaction de dépendance à la dopamine, récompensant efficacement le cerveau pour la perte de concentration et la recherche constante de stimulation externe. »2

De plus, le même article explique que le cortex préfrontal est attiré par la nouveauté, ce qui signifie qu’il est facile de se détourner d’une tâche lorsqu’un stimulus, nouveau ou plus intéressant, se présente (essentiellement, une « proposition plus attrayante » qui nous distrait). Bien que les professionnels puissent se sentir en mesure de se concentrer tout en passant d’un projet à un autre, il est probable que cela ait un effet négatif sur le résultat final ou l’échéancier.

L’effet de la surinformation

Ceci explique pourquoi le multitâche peut avoir un effet négatif sur notre capacité à produire un travail de qualité. Cependant, le professeur de psychologie Glenn Wilson affirme que cette surinformation entraîne un déclin mesurable de nos capacités cognitives. La distraction causée par des courriels non lus dans la boîte de réception d’une personne peut nuire à sa fonction d’environ 10 %; l’effet est plus important que l’utilisation de la marijuana, affirme-t-il.3 Un neuroscientifique de Standard, Russ Poldrack, ajoute que le fait de mener de front plusieurs tâches peut diriger l’information vers la mauvaise partie de votre cerveau. Même étudier (ou travailler) avec la télévision à proximité peut faire en sorte que l’information soit dirigée vers le striatum au lieu de l’hippocampe (où l’information est plus facilement organisée et récupérée).

Le multitâche n’est pas le seul coupable, affirme un chercheur, il y a trop d’information partout. À une époque où les professionnels sont bombardés de renseignements privés et publics, les décisions peuvent être obscurcies par un excès de détails inutiles. Essentiellement, notre cerveau est surmené et peut être influencé par des faits que nous n’avons pas demandés.4 Même lorsque nous nous concentrons sur une seule idée ou une seule décision, un excès d’information peut faire en sorte que notre cerveau soit en mode multitâche.

La puissance de la tâche unique

Travailler sur de nombreux projets en même temps peut sembler efficace, mais c’est généralement une illusion. Comme l’ont découvert des chercheurs du Massachussetts Institute of Technology (MIT), le multitâche nuit en fait à la productivité, entraîne des erreurs et entrave la pensée créative.5 Pour tirer le meilleur parti de vos heures de travail, essayez de bloquer du temps pour des tâches spécifiques et de vous concentrer sur une chose à la fois. Cela peut signifier mettre votre téléphone de côté ou fermer votre boîte de courriels pendant un certain temps. Cela vous permettra non seulement de travailler plus efficacement, mais aussi d’améliorer votre fonction cognitive et votre santé globale.


1 Why the modern world is bad for your brain (The Guardian) (article en anglais) https://www.theguardian.com/science/2015/jan/18/modern-world-bad-for-brain-daniel-j-levitin-organized-mind-information-overload
2 https://www.theguardian.com/science/2015/jan/18/modern-world-bad-for-brain-daniel-j-levitin-organized-mind-information-overload
3 https://www.theguardian.com/science/2015/jan/18/modern-world-bad-for-brain-daniel-j-levitin-organized-mind-information-overload (article en anglais)
4 Too Much Information (Fast Company) https://www.fastcompany.com/45655/too-much-information (article en anglais)
5 Why You Shouldn’t Multitask (Fortune) http://fortune.com/2016/12/07/why-you-shouldnt-multitask/ (article en anglais)