La fatigue décisionnelle

2018-07-13

L’adulte américain moyen prend plus de 35 000 décisions chaque jour, comme l’a récemment rapporté le Wall Street Journal (WSJ). C’est probablement la même chose pour les Canadiens. Toutes les décisions ne sont pas déterminantes, par exemple, quoi manger pour le petit-déjeuner ou quelles chaussures porter, mais lorsque ces tâches apparemment simples font appel à nos ressources mentales pour prendre des décisions dans un flux constant et incessant, nous nous sentons mentalement épuisés. Les décisions nécessaires pour gérer un ménage actif, une entreprise ou les deux peuvent conduire à une lassitude qui ressemble à un épuisement complet, le genre d’épuisement qui ne peut être guéri par une bonne nuit de sommeil. C’est la « fatigue décisionnelle ».

Le paradoxe du choix

Le WSJ souligne que la fatigue décisionnelle est parfois confondue avec le paradoxe du choix, dans lequel une personne a de la difficulté à prendre une décision parmi d’innombrables options. Vous rappelez-vous de la façon dont nous avions l’habitude de magasiner un article ménager de base, comme une tondeuse? Il y a des années, nous aurions demandé l’avis de nos voisins, puis visité un magasin local, et choisi parmi quelques modèles ayant des caractéristiques différentes à des prix différents. Et nous comptions sur le personnel des ventes pour répondre à nos questions et à nos préoccupations. Aujourd’hui, nous avons les recherches et les critiques en ligne. Nous pouvons « Googler » la « meilleure tondeuse » et devenir des experts en la matière. Ensuite, nous faisons de nombreux choix pour réduire notre sélection à des marques et des modèles précis qui conviennent le mieux à nos besoins et à notre budget. Après avoir terminé ce processus, qui peut être très long, nous cherchons « où acheter », ce qui donne lieu à un autre processus de sélection : points de vente à proximité et plus éloignés, points de vente en ligne avec livraison, livraison seulement ou ramassage en magasin, points de vente d’articles d’occasion.

Investissement de temps et d’énergie

Toutes ces décisions avant l’achat réel peuvent sembler un travail épuisant. Vient ensuite le sentiment d’avoir réussi à atteindre l’objectif de la mission. Ainsi, alors que l’abondance du choix est à la base des deux questions, le paradoxe du choix et la fatigue décisionnelle, le même article du WSJ fait remarquer très justement que « la prise de décisions a l’apparence d’un travail. Mais il s’agit souvent d’une distraction déguisée en productivité.1 » À moins que le processus d’achat d’une tondeuse n’ait été une aventure joyeuse et exaltante, il est probable que le temps investi dans la prise de décisions ait créé « une charge de travail » inutile, et que ce temps et cette énergie auraient pu être utilisés de façon beaucoup plus productive pour une autre tâche plus importante ou une quête plus agréable.

Le temps et l’énergie sont rapidement devenus des ressources très précieuses pour la plupart des adultes, et le choix judicieux du lieu et de la manière de les investir devient de plus en plus important. Les propriétaires d’entreprise devraient constamment conserver leur temps et leur énergie pour des questions prioritaires, des décisions qui déterminent et influencent l’orientation de l’entreprise, et ils ne devraient pas gaspiller leurs précieuses ressources sur des décisions inutiles ou sans importance. Regardez le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, qui porte le même t-shirt gris tous les jours. Pourquoi? Parce qu’il comprend que même de très petites décisions consomment de l’énergie. Faisant remarquer que Steve Jobs d’Apple a adopté la même approche, Zuckerberg est cité dans Business Insider : « J’ai l’impression de ne pas faire mon travail si je consacre mon énergie à des choses ridicules ou frivoles dans ma vie. »2

La solution

Porter le même chandail tous les jours ne sera pas la solution idéale pour tout le monde, mais nous pouvons adapter l’approche à nos propres styles de vie et de travail, pour adopter de nouvelles pratiques qui éliminent les pertes inutiles de temps et d’énergie mentale. Un PDG peut manger le même dîner chaque jour ou déléguer la commande de son repas à un adjoint. Les chefs d’équipe peuvent déléguer les décisions et même limiter les choix de l’équipe pour obtenir de meilleurs résultats plus ciblés. Si une réunion ou une conférence téléphonique n’est pas vraiment importante, il suffit de se retirer (et de consulter un participant pour connaître les points saillants). Choisir de responsabiliser les autres et refuser de se prononcer sur les tâches de moindre importance, au travail et à la maison. Il s’agit probablement d’un changement radical pour certains, en particulier les microgestionnaires, c’est-à-dire, les personnes qui ont un besoin excessif de tout contrôler. Mais l’adoption progressive de cette approche peut être vraiment libératrice. Lorsque les décisions en attente sont retirées de la liste des choses à faire, il reste plus de temps et d’énergie pour les décisions importantes, de grande qualité et bien planifiées, celles qui ont une incidence réelle sur la qualité de vie, ou l’orientation et les résultats de l’entreprise, les grandes décisions qui, en fin de compte, procurent un plus grand sentiment de sécurité, de satisfaction, d’accomplissement et de bien-être.


1 https://www.wsj.com/articles/the-cure-for-decision-fatigue-1465596928
2 http://www.businessinsider.com/mark-zuckerberg-same-t-shirt-2014-11